J’ai reçu une très belle « risottière » Lagostina que je me suis empressée de tester. Pour mon risotto du dimanche soir, j’ai sorti de mon frigo de la courge butternut, un morceau de lomo et un reste de fourme d’Ambert et le tour était joué. Nous nous sommes régalés.

risotto courge et ambert

 

En cette période pré-noël, la vie de blogueur est assez agréable. En y réfléchissant, elle est agréable tout le temps. En ce moment, c’est vraiment Noël avant l’heure et nous sommes conviés à de très agréables événements afin de découvrir de très beaux produits. Lagostina nous avait conviés dans l’atelier de la Grande Epicerie pour découvrir avec Denny Imbroisi des trucs et des astuces pour cuisiner avec les casseroles de la marque. Elles sont super épaisses avec 5 couches de revêtements différents et il est toujours passionnant de voir comment les chefs traitent leur matériel !

Denis imbrosi

 

 

Denny nous fait cela très bien avec son charme italien et sa connaissance de la cuisine espagnole. Lors de cet atelier nous nous sommes amusés à dresser les assiettes avec les éléments cuisinés par Denis.

Cannette

Pour le plat, je suis restée dans la symétrie.

Tiramisu

Je me la suis jouée « Dorianesque » pour le tiramisu que j’ai complétement déstructuré. Même en bazar dans l’assiette, les deux étaient délicieux.

Je vous livre une des astuces de Denis pour nettoyer les casseroles sans les abimer quand on a eu la tête en l’air et que l’on a laissé cramer le fond. Je suis sure que cela vous est déjà arrivé, moi je ne compte plus. Le secret du vinaigre et de la polenta on frotte avec l’éponge et tout disparait. De là, à dire que je suis pressée d’en brûler une pour tester l’astuce, il n’y a qu’un pas que je ne franchirais pas et je n’ai pas du tout envie de brûler ma nouvelle « risottière » si chic. Le beau couvercle en bois se retourne et devient un superbe protège plat.

rizottière

Revenons à mon risotto aux ingrédients recyclés du dimanche soir. Le risotto est une recette géniale pour finir les restes du frigo, j’ai toujours du riz rond Arborio dans mes placards. Si l’on se tient au principe de 1 légume, 1 protéine, 1 corps gras et 1 bon bouillon, on peut faire des merveilles ! Le butternut a fait office de légume, son petit goût sucré a bien absorbé la force du piment du lomo et la fourme d’Ambert fondante s’est chargée du moelleux. Quant à la « risottière », elle a permis de cuire tous ces ingrédients de façon homogène, la chaleur se répartissant très bien dans toute la casserole. Je suis conquise et je sens que les bonnes habitudes du risotto du dimanche soir ne sont pas prêtes d’être oubliées !

Ingrédients pour 4 personnes           

  • 300 g de courge butternut
  • 1 oignon blanc
  • 150 g de lomo (saucisson de filet mignon traité comme du chorizo, à défaut prendre du chorizo)
  • 50 g de fourme d’Ambert
  • 400 g de riz Arborio
  • 3 c. à s. d’huile d’olive
  • ½ verre de vin blanc
  • 3 branches de persil
  • 1 litre de bouillon de viande (idéalement de porc à faire avec du petit salé et auquel cas on n’ajoute pas de sel à la préparation)

 Recette

Faire chauffer le bouillon à petit bouillonnement. Eplucher et couper la courge en petit dés. Enlever la peau du lomo et le couper en petit dés. Eplucher et couper l’oignon en petits morceaux. Faire chauffer sans rien la rizottière (ou une casserole en fonte). Ajouter 2 c. à s. d’huile d’olive et faire revenir la courge avec le lomo et l’oignon. Ajouter l’huile restante et le riz le faire revenir, il doit devenir transparent. Ajouter le vin blanc et laisser s’évaporer. Verser alors le bouillon petit à petit petit pendant 16 minutes tout en remuant pour intégrer le jus au riz. Ajouter la fourme d’Ambert. Laisser sur le feu en remuant pendant une minute, il doit rester du jus. Parsemer de persil en peluche et servir aussitôt. Le riz doit rester craquant et il doit rester du jus.