Je suis devenue plus difficile et quand je pars à l’étranger, je recherche des bons restaurants en utilisant mon réseau et je souhaite vous faire partager les bonnes adresses que j’ai testées ou que l’on m’a conseillées à Rome.

 

Rome, pour moi, c’est d’abord une foule de souvenirs de ma seconde, l’année où j’ai appris l’Italien et où j'ai découvert cette belle ville, puis d’autres souvenirs en famille: un lieu où il fait bon être, un musée à ciel ouvert, des tentations glacées et sucrées à chaque coin de rue, des légumes à profusion sur les marchés, un peu surfaits, mais attirants comme celui du Campo Fiori, des restaurants dans chaque petite rue. Le WE où je suis partie, après une petite halte à Bologne dont je vous parlerais dans un autre billet, il a fait un temps extraordinaire. Du soleil et un petit vent frais qui rendait agréable la déambulation pédestre un peu obligatoire, les transports romains sont tout un poème. Le métro n’arrive pas à se développer dès que l’on creuse on tombe sur des ruines et des fouilles à faire. Les routes ont conservé leurs pavés antiques ( ?). La première chose à mettre dans sa valise, ce sont des bonnes chaussures !

En 2 jours et 2 nuits, on ne peut pas tout voir ni tout goûter. Avec le superbe temps, nous avons privilégié les monuments extérieurs dont l’incontournable Fontana di Trevi décevante sous ses échafaudages et la piazza Navonna avec sa belle fontaine aux 4 fleuves et sa fontaine Neptune qui m’émeut. Le Panthéon ne peut pas être ignoré, ce monument avec son trou au-dessus d’où la pluie ne peut pas rentrer grâce à un système de circuit d’air très ingénieux, ni le Colysée où l’on arrive assez bien à imaginer la grandeur des jeux et des spectacles qui s’y produisaient, mais encore son frère trompeur, le cirque de Marcello, complétement intégré dans la ville, avec ses appartements à l’intérieur. Un petit tour s'impose sur la place St Pierre avec la messe retransmise sur des écrans extérieurs et où l’on ressent la ferveur des croyants,tout comme une promenade à la villa Borghese pour son parc magnifique au printemps et où l’on voit enfin des Romains. Pour réviser son Italien, les coins touristiques ne sont pas les meilleurs, en revanche pour l'anglais, l'espagnol et même le suédois il y a de quoi faire.

J'ai retrouvé le plaisir du jus de grande frais, son apreté et sa douceur et se bienfaits.

J’ai aimé me poser sur les berges de l’Isola Tibertina pour une petite sieste au soleil, récupératrice après notre longue déambulation dans les rues romaines.

J’ai découvert la Rome nocturne dans le quartier du Trastevere où nous avions posé nos valises. Son petit côté quartier latin est (bien nommé je m’en rends compte en l’écrivant) peuplé de restaurants et autre bars. Et notamment des bars à frites qui fleurissent et remportent un grand succès comme chez nous les bars à pasta.

Et les adresses alors ?

Voici celles que l’on m’a conseillées mais que je n’ai pas testées parce que je n’étais pas dans les bons quartiers au bon moment. Je les consigne ici pour une prochaine fois et si vous les testez laisser moi un commentaire.

Tout d’abord les adresses de mon amie bien gourmande Ryoko Seguchi qui a passé une année à la Villa Medécis, la chanceuse !

Bistrot 64 , via Guglielmo Calderini 64- 00196 Roma

http://www.bistrot64.it/menu/la-carta/

Cesare al Casaletto, Via del Casaletto 45,Rome,
Phone: 06536015

Primo al Pigneto, Via del Pigneto 46, Roma – Italia- 39 06 7013827

http://www.primoalpigneto.it/

Puis celles d’italiens qui n’habitent pas à Rome mais qui connaissent bien :

Au Campo dei Fiori : Le Pierluigi, situé sur une belle place la terrasse donne très envie mais nous sommes passés devant mais après avoir déjà mangé des « suppli terribles ».

Pierluigi, Piazza de Ricci, 144, Rome, Italie

http://www.pierluigi.it/

Dans le Trastevere, Sabattini que nous avions gardé en plan B, mais nous avons trouvé d’autres adresses plus tentantes.

Sabbatini, Piazza di Santa Maria in Trastevere, 13, 00153 Roma, Italia

http://www.ristorantisabatini.com/

Oio a Casamia testaccio, Via Galvani 45, Rome, Italie

Et alors ou est-ce que j’ai mangé ?

Premier diner au Marco G dans le Trastevere, touristique certes mais nous avons fait une très belle découverte l’artichaut frit en 2 fois comme les frites dont on mange toutes les feuilles (note à moi-même à refaire !). Les pâtes étaient parfaites et le raddici (cuites juste comme j’aime).

Marco G, Via Garibaldi, 56, Roma

http://www.marcog.it/

 

Le lendemain midi après un réveil aux aurores pour voir les lieux touristiques à peu près tranquilles, nous avons eu l’œil attiré par une petite devanture pleine de promesse le Supplizio (jeu de mot subtil entre Suppli et Sulpice, torture ou supplice en français). Nous avons atterri dans un salon ou chacun avait un verre de vin et des étincelles dans les yeux. Une petite carte Street food et une spécialité mise en avant les « Suppli ». Les « suppli » sont des boulettes de riz (en général un reste de risotto) avec une boule de mozzarella frit. La première fois que j’ai mangé des Suppli, j’avais 15 ans avec ma prof d’Italien à Rome et pendant longtemps j’ai recherché ce que j’avais mangé. J’ai cru arrivé à la réponse avec les Arrancini que j’ai redécouverts en Sicile. Pour être honnête je ne vois pas beaucoup la différence entre les deux si ce n’est la taille, j’aime les deux. Au Supplizio, Il y a vraisemblablement un chef énigmatique Arcangello Dandini et un resto plus sérieux qu’il faudrait tester vu la qualité et le plaisir que nous avons eu à déguster les Suppli à la tomate et les Suppli aux champignons. Vous l’avez compris un vrai coup de foudre. La salade d’herbes amère était juste trop bonne.

Le Street food : Le Supplizio,

Le restaurant : Cibo Di strada Supplizio, via dei Banchi Vecchi 143 Roma

Impossible de ne pas finir par une note sucrée, le sacro saint « il gelato », dans le coin de la Pizza Navonna, il ne faut pas rater la Gelateria del teatro, la glace framboise et sauge m’a ouvert bien des opportunités culinaires !

Gelateria del Teatro , Via di San Simone 70, Roma

Et pour dîner, nous avons trainé dans le Travestere, et salivé devant un certain nombre de restaurants plus que pleins. J’ai le regret de ne pas avoir goûter ce qui se tramait dans le :

Pianostrada, laboratorio di cucina, Vicolo del cedro 26, 00153 Roma, www.painostrada.com.

Nous avons trouvé refuge à la Prosciutteria, une chaine de bar à tapas florentins, en fait de bar avec des planches de charcuterie et d’antipasti très conviviaux avec un beau choix de vins.

Prosciutteria Roma Trastevere, VIA DELLA SCAL A, 71, ROMA

http://www.laprosciutteriaroma.com/

Il manquait un peu de pâtes à ce dîner et nous avons atterri dans une institution du Trastavere, Da Otello in Trastevere, du bon sans prétention mais efficace.

Da Otello in Trastevere , Via della Pelliccia, 47, 00153 Roma, Italie

http://www.otellointrastevereroma.com/

Le lendemain, après une longue ballade, il nous fallait une bonne pizza pour retrouver des forces pour continuer à profiter de cette belle ville. Une étude approfondie nous a mené à l’Antica Trattoria al Gallinnaccio, pas trop loin de la piazza di Spagna, the place to look the other.

Antica Trattoria Al Gallinaccio, vicolo Galinaccio N°6, 00187 Roma.

N’oublions pas le plaisir sucré et la superbe glace à la meringue dégustée non loin de la Fontana di Trevi : San Crispino.

San Crispino Via della panatteria, 42

http://www.ilgelatodisancrispino.com/?lang=it

 

Un dernier stop, nous avons été attirés par le Canollo une spécialité de Sicile qui semble avoir trouvé sa place à Rome chez Don Nino. Un vrai plaisir gustatif. Si vous n’avez jamais gouter, foncez c’est un vrai palisir.

Don Nino, http://www.don-nino.it/

 

Dans le taxi qui nous ramenait à l’aéroport, notre chauffeur nous a fait découvrir encore de nouvelles adresses :

Un glacier avec deux adresses qui déplacent les foules d’Italiens aux extrémités de la ville La « Gelateria romana » :

Gelateria Romana, via Venti Settembre 60, 00187 Rome, Italie

Gelateria Romana, via Ostiense 48, roma

http://www.gelateriaromana.com/

Et dire que nous avons raté le Granita di Café à côté du Pantheon :

Tazza D'Oro Coffee Shop

Via degli Orfani, 84, 00186 Rome, Italie (Colonna)

http://www.tazzadorocoffeeshop.com/

 

Quelques pistes pour s’y retrouver et surtout trouver le meilleur de la « bouffe romaine » :

Vérifier le label « Slow food » garantie de bonne nourriture à l’italienne. Si vous avez un doute ce label vous aidera !

http://www.slowfood.it/

Et voici un site à voir pour se rassurer ou trouver des idées :

http://www.10best.com/destinations/italy/rome/

Et ma moralité personnelle ; retourner à Rome ancora e ancora come bella Roma …

Si vous aimez les bonnes adresses, je vous invite à lire mes billets sur :

Promis je vous concocte d’autres billets pour vous faire des bonnes nourritures terrestres à l'étranger ou en France in the mood for test for you !!! …