chou_fleur_grafitti

 

Quand je me procure les livres de la collection de l’Epure pour les couleurs, je commence par les dévorer. Puis je cherche le ou les produits que je ne connais pas ou que je n’ai jamais goûter. Cela vire parfois à l’obsession. Je reste avec mon envie d’algues bleues kalmath, j’ai dû essayer un grand nombre de Bio à Paris. Mais pour se les procurer il fallait les acheter par internet aux States, j’ai renoncé.

 

Les vendeurs des boutiques bios que je fréquente se marrent bien avec mes demandes tarabiscotées mais je persiste. Je me suis fait ainsi une petite grande tournée pour trouver ce fichu chou-fleur graffiti violet. J’ai fait les marchés, les boutiques bios et internet où je n’ai trouver que les graines. Trop tard pour une garden party comme avec les pimientos del padron. J’ai aussi trouvé des avangardistes qui parlait de ce chou fleur en 2006, ici chez Esterelle. Et finalement, vendredi dernier, ma copine avec qui j’avais fait les courses en lui faisant le coup de celle qui snob les fruits et légumes du super market, me dit le soir ou dîner ou je l’avais convieée « alors tu les a vu les chou-leurs violets ? ». Même pas. C’était donc à porté de main qu’ils étaient ces fichus chou fleur. J’ai résisté, je n’ai pas couru dès le samedi matin aux aurores pour faire l’ouverture. Je me la suis jouée confiante, je savais que j’aurais un peu de temps le mercredi. Mais j’aurais dû, le chou fleur violet avait perdu de sa superbe, un peu flétri (certainement le même que vendredi dernier). Vous me connaissez, je l’ai pris quand même trop curieuse et pas sure que mon super market renouvelle les stocks. Le chou fleur violet n'était pas au rayon bio mais produit en France. Pour la recette ce sera demain, je n’ai pas encore eu le temps de la faire à vous raconter toutes ces histoires !!