cook_book_bleu

J’ai fait la découverte de la collection des couleurs en cuisine de l’Epure avec le bleu. Il faut dire que cette couleur en cuisine reste peu usitée et suscite moult discussions quand vous arrivez avec votre plat bleu sur la table. Rappelez vous, l’an dernier j’avais fait des œufs en gelée bleue pour évoquer un paysage marin et certains de mes convives n’arrivaient pas à les manger. Au mois d’avril, avec la bande des poissons farceurs, nous avons vu fleurir les recettes bleues, du Cheese cake de Caude- Olivier de 1001 Recettes de aux cup cakes de Dorian de Pourquoi, je vous raconte  tout ça en passant par  la tarte bleue de Beau à la bouche, et j’en passe …(pour le récap cliquer ici), mais tout ça est à base de colorant. Ce qui est intéressant c’est d’essayer de trouver du bleu naturel. Dans le livre de Frédérick e. Grasser Hermé, le bleu dix façons de le préparer, j’ai trouvé des idées intéressantes parce que deux années de suite du bleu pas évident.

Elle propose des algues Klamath, mais là pas facile de s’en procurer, elles viennent d’un lac aux Etats-Unis et auraient des vertus qui la rende chère et pas facile d’accès. Je fais la tournée des boutiques bios ouvertes à Paris en ce mois d’août et je n’en trouve pas pour le moment… à suivre.

Elle fait appel à la lavande, au basilic bleu (ça non plus je n’ai pas encore trouvé), au bleuberry (ça c’est bon recette à suivre), au bleu d’auvergne, je vous ai déjà fait le coup 2 fois (ici et ), aux pieds bleus (ce sont des champignons mais le pic est plutôt en automne, il n’y en a pas encore sur les étales), au homard bleu (au 15 août pas de poissonniers bien achalandés dans ma banlieue), au bœuf blanc bleu (idée à creuser), au lotus bleu (j’adore l’idée) et à la gelée d’huître bleue.

Tout ça pour dire que je me suis encore régalée et que j’ai appris pleins de choses dans ce livre que je vous conseille vivement ainsi que tout ceux de la collection dont je vous ai déjà parlé, le vert, le rose et le rouge.