Atti_k_

 

 

J’en ai trouvé des choses étranges mais comestibles lors de ma dernière virée dans mon épicerie asiatique qui couvre aussi les produits africains. Après l’acacia de Thaïlande,  la corète qui vient du Magreb, voici un produit d’Afrique. J’avais été déjà bien intriguée par le matfoul proposé dans une recette par Esterelle de Esther Kitchen que j’ai goûté et apprécié. Il faut dire que les féculents sont présents à presque tous les repas à la maison, sportifs à nourrir oblige. Depuis, j’ai découvert que notre couscous devenu un aliment courant dans les cuisines françaises pouvait avoir de nombreuses variantes de différentes origines, le matfoul vient de la Plestine qui est entre le couscous de blé, le boulgour qui vient du Liban. Je vous invite maintenant à découvrir le couscous de manioc qui veint de côte d'Ivoire mais certainement d'autres pays d'Afrique. J’ai vu qu’il existe aussi un couscous de mil qu’il faut que je trouve.

 

Voici les instructions du paquet au packaging un poil désuet :

 

« Essayez l’attiéké, ce délicieux couscous peu riches en matières grasses, obtenu à partir de la racine de manioc. Fabriqué de manière traditionnelle par les femmes de la Côte d’Ivoire sur la côte ouest africaine, l’attiéké a une texture plus légère que le couscous de blé.

 

Il peut avantageusement remplacer le riz ou les pâtes pour ceux qui font attention à ce qu’ils mangent.

 

Facilement reconstitué, l’attiéké retrouve en un tour de main sa délicieuse saveur d’origine. Il peut être servi en accompagnement de tous vos plats de viande, de poisson, de  égumes ou en salade.

 

L’attiéké Marguerite est entièrement naturel, il ne contient ni colorant, ni arôme artificiel et se conserve pendant 2 ans. »

 

En me baladant sur les blogs je suis tombée sur une description de ce produit par Patricia de ma cuisine rouge qui l’a dégusté au Mali. Et je me suis décidée à sortir le paquet du fond de mon placard où je l’avais un peu oublié.

 

Pour la recette suite au prochain épisode.