Sainte_LucieAujourd’hui c’est Sainte Lucie et cette fête revêt une tonalité toute particulière pour les suédois. Pour schématiser, elle marque le début de la fin du solstice et les jours qui vont enfin commencer très doucement à se rallonger. Je n’ai jamais vu la Sainte Lucie en Suède mais pour moi elle a un petit côté magique, comme un conte que l’on m’aurait raconté petite, une histoire de lumière, de jeunes filles tout en blanc cintrées de rouge. Et puis quand j’arrivais en Suède pour Noël, il y avait les rescapés de Sainte Lucie les Lussekatter, des petites brioches au safran et aux raisins de corinthe. Les raisins de corinthe seront donc mon alibi pour le mois noir, cette fois-ci le contraste vient avec le jaune du safran.

 

lusse_katter_1

 

J’ai suivi la recette d’un petit livre que l’on m’a généreusement prêté et qui est une petite merveille sur la cuisine suédoise. Ce livre s’appelle La Suède à dos de cuillère de Christine Armengaud chez Acte Sud. Il est malheureusement épuisé, l’auteure présente la cuisine suédoise à travers des prismes de personnages célèbres et chaque recette est expliquée par son origine et son devenir. Je vous retranscrit littéralement sa recette de Lussekatter :

 

Ma_Su_de___dos_de_cuill_re« Les lussekatter sont les petits pains au safran qui accompagnent le glögg et se vendent pendant toute la période de Noël.

 

Le safran dans la cuisine méditerranéenne, la bouillabaisse ou la paella, ne nous étonne plus. Par contre, l’exotisme nous prend à revers lorsque ce pigment éclaire de son or éclatant la longue nuit du nord….

 

D’autant plus qu’en Suède c’est dans une pâte sucrée que se noie et se fond l’arôme un peu amer du safran.

 

Ingrédients pour une famille nombreuse (les proportions que j’ai mises entre parenthèses)

  • 2 kg de farine (500g)
  • 1 cuillère à thé de sel (1pincée)
  •  1 litre de lait tiède (25dl)
  • 50 g de levure de boulanger (13 g)
  •  1 à 3 gramme de safran selon le goût (1g)
  •  1 cas de schnaps (Aquavit)
  •  2 œufs (+1 pour dorer) (1oeuf+1)
  • 300 grammes de beurre (75g)
  •  2 à 4 tasses de sucre (1 tasse)
  •    2 tasses de raisins sec (1/2 tasse)

 

lussekatter_2

 

 

Mélanger la levure et le lait tiède. Ajouter farine et sel. Laisser monter jusqu’à ce que la pâte ait doublé de volume.

Diluer le safran dans le schnaps. Battre les œufs. Ajouter beurre, sucre et raisins.

Intégrer le mélange à la pâte. Laisser monter trente minutes environ. Façonner les petits pains en forme de veloutes, d’écheveaux, de tresses, de gerbes, de soleil, de couronnes de Sainte-Lucie, de porches d’église, de cheveux de curé…

Décorer avec les raisins. Dorer à l’œuf. Laisser monter encore (le temps d’arrondir les formes). Cuire au four (220°) pendant 20 à 25 minutes.

Cette recette des lussekatter révoque la fouace au safran décrite par Rabelais. Si ce n’est qu’il s’agissait en France d’une galette sans levure…

L’idée de la galette au safran évoque par contre un autre gâteau suédois, le saffranspannkaka de l’Ile de gotland. Si ce n’est qu’à Gotland il s’agit … d’une galette de riz. »