Lorsque j’étais à Marseille en mai, j’ai entendu parler de la panisse sans avoir l’occasion d’y goûter. Ma curiosité était aiguisée. En recherchant des infos sur ce plat, j’ai réalisé que c’était la même recette que la calentica, plat dont me parle ma mère depuis toujours, avec nostalgie comme de son Algérie natale. Mais a bien y réfléchir, je ne crois pas en avoir mangé. Pour y remédier, j’ai eu envie de la faire rougir. Un petit peu de concentré de tomate et le tour a été joué !.

Tout ça ne nous dit pas ce qu’est la calentica ou la panisse. C’est un "plat de pauvres" que l’on trouve dans le bassin méditerranéen, panisse à Marseille, calentica en Afrique du nord, la farinada en Italie je crois qu’il y a aussi une recette portugaise du même type mais je ne me souviens plus le nom. En résumé, ce plat est comme de la polenta mais avec de la farine de pois chiche que l’on peut trouver facilement dans les magasins bio.

 

Je l’ai préparé comme je fais la polenta, c’est à dire que je l’ai faite cuire , puis sécher, puis enfin découper dans avec des emportes pièces et tout juste passée à la poêle. Nous l'avons mangée en apéritif avec le spectacle de chorale de mon petit dernier, histoire d’être calés et de pouvoir patienter jusqu’au barbecue auquel nous étions invités. Pour qu’elle ne soit pas trop sèche, j’ai utilisé mon pesto rouge au sablon et tomate séchée un vrai régal.

 

calentica

 

Recette

1 verre de farine de pois chiche dans 3 verres et demi d'eau froide. Ajouter une petite boîte de concentré de tomates et du sel et porter à ébullition. Laisser cuire une vingtaine de minutes en remuant régulièrement.

Mettre dans un plat plat et faire une couche de 2 cm. Laisser sécher au frais 1 à 2 heures. Découper à l'emporte pièce et passer les à la poêle pour qu'elle dore de chaque coté. Servir chaud.