Mon histoire de sirop de fleurs commence dans mon enfance. J’ai passé de nombreux Noëls dans ma famille suédoise et j’ai découvert là bas des goûts nouveaux et souvent inattendus, comme par exemple de la réglisse salée. Mes cousins buvaient beaucoup de boissons sucrées.  Chez moi en France, il n’en était pas question,  je me faisais un plaisir de faire comme eux. Il faut dire qu’à la période de Noël tout est permis et en Suède les enfants sont rois ! On appelait ce sirop du « saft » (saft veut dire sirop en suédois je crois), rouge ou jaune clair. Le goût changeait vraiment de notre grenadine. J’ai mis très longtemps à comprendre de quoi était fait ce sirop, mon niveau de suédois et de fleurs n’était pas suffisant. C’est donc grâce à Ikea qui commercialise ce produit que j’ai retrouvé ce goût d’enfance, que je l’ai transmis à mes enfants, on l’appelle la grenadine suédoise à la maison.

 

Fleurs_de_sureauQuelques années après, nous avons aménagé dans une maison au jardin vieillot (en photos, les fleurs dans le vent) et j’ai trouvé une plante très envahissante aux fleurs blanches et aux fruits rouges très tâchants. J’ai cherché ce que pouvait être ce fruit, persuadée que je pourrais en faire quelque chose et j’ai trouvé que c’était du sureau. Je tombe alors sur un petit livre de cuisine « JF suédoise ayant fait le tour du monde cherche cobaye pour goûter ses inventions » (collection Tana- Viveka Sandklef). Dire que je me suis retrouvée dans ce livre serait un peu prétentieux, parce que suédoise c’est plus sur le coté gauche de mon arbre généalogique, mais comme vous avez pu le constater.  Je suis plutôt dans le genre inventive, j'ai aussi fait  e tour du monde (il y a longtemps). Et dans ce livre, il y avait la recette de mon sirop de mon enfance. J’ai attendu patiemment le printemps que les fleurs arrivent, j’ai cherché dans toutes les pharmacies les ingrédients qui me semblaient bizarres et j’ai retrouvé ce petit goût insolite de mes noëls suédois. Cette année encore, j’ai guetté l’épanouissement de mes fleurs de sureau et j’ai failli les rater avec ma petite escapade marseillaise. Dès mon retour, je me suis précipitée pour ramasser mes fleurs avant qu’elles ne soient trop mures.  Les fleurs de sureaux ne sentent pas particulièrement bon mais elles donnent un très bon goût, ce n’est pas comme mes fleurs aux odeurs enivrantes que j’essaye de capturer.

 

 

Je vous livre donc la recette de Viveka Sandklef, elle a un restau que je vous conseille aussi très inventif et délicieux (Indigo square, 7 rue Marceau, 93170 Bagnolet, tel 01 43 63 56 95).

sirop_de_sureau

 

 

 

Ingrédients :

 

40 grandes grappes de fleurs de sureau fraîchement cueillies, des fleurs bien blanches et fermées.

 

50 grammes d’acide citrique (pharmacie)

 

3 citrons non traités

 

2 kg de sucre en poudre

 

2l d’eau

 

2 ml de benzoate de sodium (j’ai mis 4 cuillères à café de poudre sur les conseils de la pharmacienne).

 

 

 

Recette :

 

Rincer les fleurs (je les ai trempées dans un grand bain d’eau avec quelques gouttes d’eau de javel, puis dans un autre bain avec 3 cas de vinaigre blanc). Brosser les citrons, les couper en fines lamelles et mettre le tout dans un grand saladier qui va au frigidaire. Faire fondre le sucre dans 2 litres d’eau Ajouter l’acide citrique, bien remuer puis verser le sirop sur les fleurs. Quand le mélange a refroidi, le mettre au réfrigérateur pendant 4 jours. Ensuite filtrer et laisser égoutter 30 minutes en pressant les fleurs entre les mains pour extraire tout l’arôme. Ajouter le benzoate de sodium dilué dans un peu d’eau. Mettre le sirop en bouteille (bouteilles propres et bouchons étanches). Ce sirop se conserve au moins un an.