Cuisinez sans honte, c’est redevenu à la mode ! Nous sommes de plus en plus influencés par les tendances qu’il faut suivre comme des dictakts. Le domaine culinaire n’y fait pas exception et pourtant c’est simple de trouver sa propre voix en combinant avec les tendances. Avec ce blog, vous aurez toutes les armes pour un faire un cooking out fulgurant en toute saison.

 

 

Retrouver le chemin de votre cuisine

Retournez aux vraies valeurs, oubliez le tout prêt sans saveur, les petits plats à mitonner vous attendent. Certes, pas tous les jours mais essayez pour un repas exceptionnel familial ou amical. Même mes copines les plus réfractaires me demandent des recettes et essayent de réaliser des plats simples. J’en déduis qu’elles ont été influencéespar l’air ambiant, le coté fashion, pourtant le résultat est probant, elles y arrivent toutes !

 

Est-ce la pression médiatique et toutes les informations plus alarmistes les une que les autres sur les produits que l’on trouve au supermarché. Est-ce tout simplement l’envie de donner et de partager, faire la cuisine c’est offrir une part de soi même. Certainement que toutes ses raisons sont à prendre en considération. De nouveaux blogs de cuisines paraissent tous les jours et ont une bonne place dans les librairies.  Bref faire la cuisine est redevenue tendance et à perdu sa connotation « mémère ». Personnellement, je n’ai jamais délaissé ma cuisine et je l’ai toujours vu comme un havre de relaxation et un espace de création. Mais moi aussi je suis les tendances et parfois même je les devance. C’est certainement parce que j’ai beaucoup de mal à suivre une recette jusqu’au bout, qu’il faut toujours que j’ajoute mon grain de sel et que je passe mon temps à détourner les recettes. Je n’éprouve aucune satisfaction quand je n’ai pas créé. Me connaissant, mes amis ou ma famille me ramènent des épices et des aliments étranges de leur voyages et là c’est un vrai plaisir de trouver comment les agrémenter.

 

De même sur les marchés ou dans les supermarchés je suis toujours à l’affût des nouveautés, des légumes ou des fruits que je ne connais pas, des produits étrangers, des épices bizarres.

 

Mais pour réussir l’alchimie il faut des clés. J’en ai retenue 7 :

 

 

1.      Faire des repas en couleurs

Un exercice de plus en plus répandu, la monochromie revient de manière récurrente dans de nombreux blogs de cuisines. Souvent c’est un ou deux dîners tout rouge ou tout vert, couleurs assez faciles. Ce choix permet de se concentrer sur certains aliments.  Quand on fait un repas monochrome, on ajoute une dimension esthétique amusante, en accordant avec la décoration de la table.. La couleur est l’un des fils conducteur de ce blog, un choix arbitraire qui pourtant a trouvé une logique par rapport à ceux que propose la nature et certainement dans une  symbolique inconsciente que l’on essayera de décrypter.

 

2.      Suivre les saisons

On trouve de tout en toute saison, c’est vrai aujourd’hui mais les tomates au mois de janvier n’ont aucun goût et ne donnent pas envie de cuisiner. Une petite règle bien pratique pour acheter les fruits et les légumes de saison, se donner un prix barrage, tout dépend de l’endroit où l’on habite mais en règle général quand les fruits et légumes valent  moins de 2 euros le kilo, c’est une valeur sure.

 

En consommant des produits de saison, on se protège des adjonctions de conservateur et autres produits chimiques.

 

En suivant les saisons, ce blog a trouvé sa chronologie et les 12 mois de l’année rythment le choix des couleurs et des plats.

 

3.      Faire une cuisine sans dessus dessous

Ras le bol du taboulé merguez  ou du tiramisu sans surprises. Alors essayer de faire un taboulé aux fruits et un tiramisu salé. Détourner, transformer les recettes où le salé devient sucré, on remplace le sucre par du fromage râpé, les fruits par les légumes et le tour est joué. Au fil des pages vous trouverez des idées de détournement à suivre ou à redétourner.

 

4.      Inspiration  Fusionfood

Une petite expression anglo-saxonne et tout de suite on est dans la mouvance mondialisation. Mais heureusement nous avons gardé une diversité de la cuisine dans chaque région, même les MaDo sont différents en France des autres pays. Pourtant depuis ces 20 dernières années nous avons introduit dans nos assiettes des produits et des saveurs d’ailleurs et c’est tant mieux ! Mais il faut apprendre à apprivoiser ces produits exotiques et en comprendre les règles. Les ingrédients que j’ai adoptés proviennent de pays ou de région française pour lesquelles j’ai une sensibilité particulière, de part mes origines ou de part mes expériences touristiques. J’ai trouvé à Paris quelques adresses où les épices sont reines et j’en essaye un grand nombre, notamment pour créer certaines recettes de ce blog. Vous trouverez  dans ces pages quelques moyens d’utiliser les épices asiatiques ou des recettes suédoises, bref un mélange d’influences qui viennent du monde entier.

 

5.      Oser la sorcellerie avec des fleurs et des plantes

Je pense avoir été sorcière ou guérisseuse dans une vie antérieure, j’aime utiliser ce que je trouve à l’état naturel ; l’oseille sauvage au bord des chemins bretons ou les orties du fond du jardin. Plus prosaïquement, l’utilisation d’herbes fraîches réveille n’importe quel plat. En allant encore plus loin, j’ai commencé à introduire des fleurs de mon jardin dans mes plats en ayant bien vérifié qu’elles étaient comestibles ; la salade de fleurs de capucines est un des must de l’été. N’oublions pas les beignets de fleurs de courgettes, qui reste un délice. Les fleurs peuvent être cuisinées en gelée, dans les desserts, les salades, en beignets, elles apportent un goût subtil et une touche original à vos plats.

 

Je vous recommande chaudement de faire pousser des plantes aromatiques et des fleurs comestibles dans des balconnières, vous donnerez à vos plats une petite touche « tendance » de dernière minute du meilleur effet. Je suis toujours trés fière de dire que le basilic vient de mon jardin.

 

6.      Simplicité et facilité

Aucune des recettes de ce blog n’est compliquées, certaines sont un peu longues à réaliser parcequ’il faut éplucher les fruits ou les légumes ou prévoir la veille, mais elles restent faciles. Pourtant pour faire de la bonne cuisine, il faut se mettre en conditions et prendre le temps au moins mental pour s’y mettre. Comme dans une voix on peut entendre le sourire, dans un plat on peut sentir l’envie de la cuisinière. Il ne faut jamais se forcer à cuisiner, mais se laisser aller et oser des mélanges.

Il faut aussi et avant tout choisir les bons ingrédients. Retournez au marché, identifiez les producteurs locaux. Trouvez le bon boucher, fromager, poissonnier de votre marché, allez y régulièrement et faites leur confiance, ils vous aideront à dégoter le produit de saison pas trop cher.

Vous trouverez dans ce blog plus que des recettes : des principes culinaires qui avec un peu d’imagination vous donneront les clés pour faire un risotto rouge, jaune ou vert et pour cuisiner toutes sortes de plats de votre invention.

7.      C’est moi qui l’ai fait !

Célèbre slogan de pub de mon enfance, il reste qu’avec tout ce qui est prêt à consommer, on a perdu la satisfaction de créer ou tout simplement de faire. Même tricoter redevient tendance, juste pour le plaisir de porter un pull sur lequel on a passé du temps et même si il est imparfait aura été fait pour le plaisir. En cuisine, c’est pareil on peut tout faire soi même de la guimauve et de la confiture mais on peut aussi gagner du temps en utilisant les produits surgelés bruts ou de  la farine avec de la poudre levante intégrée. J’ai essayé de vous donner toutes les recettes et libre à vous de composer avec votre temps et vos envies mais vous pourrez toujours dire : « c’est moi qui l’ai fait » sans mentir !